Film institutionnel

Le film institutionnel pour une communication maîtrisée

Le film institutionnel, aussi appelé vidéo institutionnelle est, vous l’aurez deviné, un format taillé pour la communication des institutions. Bien qu’il puisse prendre des formes très variées, il existe des thématiques assez récurrentes. Aussi, le film institutionnel peut par exemple viser la mise en valeur du patrimoine, des actions culturelles ou des missions sociales de l’organisation concernée. Pour les institutionnels, la vidéo fait partie, avec les relation presse et les réseaux sociaux, des piliers de la communication interne et externe.

film institutionnel pour la communication
Hôpitaux, musées, universités, bailleurs sociaux etc.

Pourquoi réaliser un film institutionnel ?

Pour une institution il est essentiel de disposer de médias afin d’assurer une communication maîtrisée. Typiquement, un communiqué de presse s’accompagnera de photos institutionnelles professionnelles grâce auxquelles l’entité s’assure d’avoir le contrôle sur les images qui vont la représenter. De la même manière, la vidéo constitue un support de choix pour “montrer” de manière maîtrisée. A qui ? Et bien il peut s’agir du grand public, d’autres institutionnels ou encore d’entreprises. Quant à l’objectif, il peut être de convaincre, sensibiliser, éduquer, informer, promouvoir un territoire etc. La plupart du temps, ces messages revêtent un caractère social, humain, voire politique.

Quel format pour un film institutionnel ?

Contrairement à d’autres types de vidéos, le film institutionnel n’obéit à aucune règle de durée. Il peut prendre la forme d’une petite capsule vidéo pour les réseaux sociaux (ex : gestes barrières en 10 sec pour lutter contre le COVID-19). Ou bien d’un reportage de 10 minutes, mêlant interviews et images d’illustrations. Tout va dépendre du besoin, du canal de diffusion et surtout de la cible. Par exemple, sur les réseaux sociaux, votre audience sera non captive. Aussi, le temps accordé à la lecture de votre vidéo sera très limité. A contrario, si nous prenons l’exemple d’une assemblée générale, votre audience sera captive. Par conséquent, votre vidéo pourra durer plus longtemps car vous disposerez de l’attention du public.

Où peut-on le diffuser ?

Contrairement à un film de présentation générale d’une entreprise, le film institutionnel répond souvent à un besoin précis. En effet, il est généralement lié à un événement ou un projet (passé ou futur), une campagne de sensibilisation, un programme pédagogique… Bref, il existe une kyrielle de raisons et autant de canaux de diffusions. Par exemple, un film promotionnel pour un territoire pourra être diffusé à la télévision. Un reportage sur un projet social pourra être projeté devant des élus et des institutionnels. Ou encore, une interview (avec sous-titres) pourra être diffusée en continu sur un stand lors d’un salon. A chaque besoin sa diffusion.

Découvrir des exemples de films institutionnels réalisés par Artigas Films

Patrimoine SA Languedocienne fait régulièrement appel à notre société de production pour ses vidéos institutionnelles. Le bailleur social toulousain nous sollicite pour deux types de besoin. Premièrement, pour retracer les missions menés à bien durant l’année. Deuxièmement, pour illustrer les projets innovants développés en matière de logement social. Ses vidéos sont destinées au web mais également à des projection devant une audience déterminée.

 

L’Agence Régionale de Santé Occitanie nous a commandé une série de 6 films de type reportage/témoignage de médecins installés en zone rurale. Nous avons monté ces portraits de manière à réaliser un seul film institutionnel de 10 minutes. Le besoin était, ici, de disposer d’un support à diffuser auprès des étudiants en médecine de la région lors d’événements.

Médecins demain ARS Occitanie
Extrait de la vidéo réalisée. Le film n’est pas encore disponible en ligne.

Artigas Films est une société de production basée en Occitanie, intervenant à Toulouse et Montpellier, ainsi que dans toute la France en fonction des projets.

> A LIRE : Toulouse : les doctorants auront 180 secondes pour convaincre