Photographe d’entreprise : un shoot studio sur fond blanc pour le nouveau Cobrane

studio photo toulouse

Cobrane Design a sollicité l’équipe d’Artigas Films en qualité de photographe d’entreprise pour shooter son tout dernier véhicule. Retour sur la séance photo.

photographe d'entreprise toulouse
Une séance photo en studio sur-mesure pour le fabricant de triporteurs toulousain Cobrane
Crédit photo : Nicolas Portes

De nouvelles photos pour un tout nouveau Cobrane

Le fabricant de porteurs électriques basé en Occitanie a récemment développé un tout nouveau véhicule. Par conséquent, il était nécessaire de réaliser une séance photo pour actualiser ses visuels. Effectivement, pour alimenter les communiqués de presse, mettre à jour les catalogues ou en encore le site web, Cobrane avait besoin de clichés de son dernier né.

Les ambitions du triporteur électrique made in France sont nombreuses.  Parmi les applications les plus prometteuses, le Cobrane facilite la circulation sur les sites industriels ou permet d’assurer la livraison du dernier kilomètre en douceur. Comme il répond à un besoin très actuel de mobilité propre, l’intérêt pour le véhicule de micro mobilité ne cesse de croître. Ainsi, comme rapporté par Le Journal des Entreprises, Raphaël Colombié, fondateur de Cobrane Design, table sur un CA de 10 millions d’euros et la création de 50 emplois à l’horizon 2025.

studio photo toulouse
Mise en place du set afin de mettre en scène le tout dernier modèle signé Cobrane – Crédit photo : Nicolas Portes

 

Vous aimerez lire : Film de communication : une série thématique pour le cluster de la robotique en Occitanie

Quand faire appel à un photographe d’entreprise ?

“Alors ? On fait les photos en interne ou alors on fait appel à un prestataire photo ?” Les deux mon capitaine ! Depuis que le web est roi, le contenu l’est aussi. Et bien la photo, c’est un contenu de choix, devenu indispensable à la communication de toutes les entreprises.

Néanmoins, on ne peut pas toujours faire appel à un photographe professionnel. Et pour cause, les budgets ou les délais ne le permettent pas systématiquement. Aussi, il est recommandé de disposer d’un kit photo simple mais efficace et d’une personne formée en interne. Ce sera pratique, rapide et peu onéreux pour immortaliser les moments où l’information prime sur l’esthétique.

Gardez l’artillerie lourde pour les projets qui le méritent. Par exemple, pour un reportage événementiel, un shoot produit ou encore des portraits officiels de la direction. Pour tous ces moments où la forme compte autant que le fond, faites appel à un·e photographe d’entreprise.

shoot photo sur fond blanc toulouse
Une fois en place, la séance photo commence pour immortaliser le nouveau modèle du triporteur électrique toulousaine – Crédit photo : Nicolas Portes

Le shoot photo sur fond blanc pour mettre en valeur le nouveau Cobrane

Chez Cobrane Design, la question du shoot en interne ne se pose pas. En effet, à moins de disposer d’un studio, il difficile d’obtenir un résultat aussi propre sans passer par des professionnels de l’image.

Le fabricant de triporteurs souhaitait disposer d’images des son dernier modèle sous toutes ses coutures. Aussi, il était nécessaire de montrer les différents montages possibles en fonction des accessoires. Enfin, il s’agissait de faire un focus sur certains détails clefs. Par exemple, la batterie, le contact, la jauge de charge ou encore les guidons et ses multiples commandes.

Pour ce faire, Artigas Films a réalisé la séance dans un studio photo équipé d’un fond blanc papier suffisamment grand pour recevoir le véhicule. Après avoir installé le véhicule au centre, nous avons disposé quatre flashs de type torches. Deux devant le triporteur pour l’éclairer et deux derrière, pour illuminer le fond. Afin d’assurer une diffusion correcte de la lumière, les torches sont équipées de boites  à lumière ou de parapluies.

Envie de découvrir le résultat ? Suivez l’actu de Cobrane Design sur LinkedIn ou bien sur leur site internet !

Laurent Moussinac
réalisateur vidéo corporate toulouse

Film de communication : une série thématique pour le cluster de la robotique en Occitanie

Retour en images sur le film de communication réalisé pour le cluster Robotics Place. Consacré au design, il s’agit du premier épisode d’une série thématique sur les métiers de la robotique. Découverte du projet et du process de réalisation.

Regrouper les métiers de la robotique au sein d’un cluster régional

Pour les membres Robotics Place, se regrouper au sein d’un cluster favorise l’association de compétences. Par conséquent, cela permet d’être plus compétitifs et performants à l’heure de répondre à des demandes complexes.

Aujourd’hui, Robotics Place réunit plus de 80 acteurs majeurs de l’industrie de robotique en Occitanie. Et parmi eux, des roboticiens, des industriels, des dronistes, des chercheurs, des experts en cobotique, en design, en IA etc.

Vous aimerez aussi lire : Industrie électronique : découvrez SEMO

La vidéo, un outil puissant pour la communication régionale et nationale

En 2018, Robotics Place avait déjà fait appel à Artigas Films pour réaliser une série de vidéos. En effet, le cluster souhaitait proposer aux adhérents de disposer d’un portrait vidéo, adoptant le format de l’interview. D’une part, cela permettait d’offrir plus de visibilité aux entreprises qui souhaitaient participer. D’autre part, il s’agissait d’un atout marketing clef pour faire connaître le cluster en maximisant la diffusion de ce contenu vidéo.

Cette fois-ci, l’enjeu est autre. Effectivement, ici le souhait du cluster était de réaliser une série de vidéos thématiques. Puisque Robotics Place associe tout une kyrielle de différents métiers, il semblait pertinent de les présenter. Ainsi, en accord avec les parties prenantes, nous avons opté pour un format vidéo à la fois didactique et dynamique. Pour ce faire, c’est le reportage vidéo avec voix off qui a remporté l’adhésion du groupement. Enfin, quant au style, il se veut à la fois technologique et proche de l’humain.

film de communication Toulouse Antracite WD Rocks
Pause café entre deux prises lors du tournage du film de communication consacré au design pour la série thématique de Robotics Place. Crédit photo : Émilie Soussi

Retour sur le tournage de ce premier film de communication consacré au design

Pour le premier épisode, ce sont les métiers liés au design qui ont été mis à l’honneur. En vue de faire connaître ces métiers souvent résumés à une réflexion sur l’esthétique, deux sociétés nous ont ouvert leurs portes. Au programme, déconstruire les idées reçues et mettre l’accent sur les expertises.

Tout d’abord, nous nous sommes rendus chez Antracite où Thomas et Anthony nous ont fait découvrir les différentes étapes de leur métier. Réflexion, maquettage, impression 3D, prototypage etc. Ensuite, c’est Émilie et Céline qui nous ont reçu au sein de WD Rocks pour nous parler de leur travail. Au menu, des rencontres sur le terrain, des prototypes, des plans, des tests, de l’UX etc.

Pour le tournage, nous avons fait le choix de mettre en scène les différentes étapes qui sont mentionnées par la voix off. En conséquence, le montage vidéo nous présente un déroulé linéaire du processus de réflexion sur le design. En outre, lors des prises de vues, on a vraiment souhaité travailler l’esthétique des images. Et quand au résultat, il se veut léché mais emprunt de réalité. Rythmé, tout en restant pausé.

Par ailleurs, on s’est attaché à chercher de la texture à la fois dans l’image et dans le son. En effet, la caméra joue beaucoup avec les flous, les plans serrés, les visages et les perspectives. Et en ce qui concerne le son, chaque ambiance sonore et chaque action est retranscrite ce qui apporte de la profondeur au récit.

Alors, qu’en dîtes-vous ?

Laurent Moussinac

réalisateur vidéo corporate toulouse

Témoignage vidéo : Conecteo donne la parole à ses partenaires

Conecteo a choisi le témoignage vidéo pour mettre à l’honneur ses partenaires intégrateurs. Retour sur la stratégie vidéo de l’éditeur de solutions pour centres d’appel basé en Aquitaine.

production film communication témoignage vidéo
Interview de Frédéric Bauduin, directeur du développement chez Komeo, partenaires intégrateurs de la solution Kiamo.

Un partenariat développeur/intégrateur pour optimiser les process

Conecteo a développé une solution clef en main pour gérer les flux entrants et sortants des centres d’appels. Pour l’éditeur, l’enjeu était d’optimiser la commercialisation et l’intégration de son logiciel Kiamo sur tout l’hexagone. Par conséquent, Conecteo s’est doté d’un réseau d’intégrateurs qualifiés et certifiés. En effet, pour assurer un suivi au plus près du client, le développeur aquitain a fait le choix de s’entourer d’acteurs de proximité reconnus

Basé tout près de Lille, Komeo est l’un des 20 partenaires intégrateurs de la solution Kiamo sur le territoire. Avec ses 15 ans d’expérience dans le milieu des télécommunications, Komeo est un allié de choix pour la présence de Kiamo dans les Hauts-de-France. C’est à l’occasion du tournage d’un témoignage client en vidéo à Lille que Conecteo nous a confié la réalisation de ce premier film partenaire.

Vous aimerez lire : Communication vidéo : le choix du témoignage client pour Conecteo

Donner la parole aux acteurs de terrain grâce au témoignage vidéo

Acteur majeur dans la gestion des interactions des entreprises, Conecteo a placé la vidéo au centre de sa stratégie de communication. Et si le témoignage vidéo client faisait déjà partie des outils mis en place par Conecteo, le groupe a décidé d’aller plus loin. Effectivement, c’est à présent au tour des partenaires intégrateurs de se saisir du micro et de témoigner dans un film.

Ce format, relativement pratique et rapide à mettre en place, revêt plusieurs avantages. Premièrement, il est peu coûteux comparé à une publicité mettant en scène des acteurs, par exemple. Ensuite, il offre la possibilité de créer un contenu didactique fort, tout en mettant un visage sur des idées, ce qui crédite le discours et renforce le message.

Enfin, le film témoignage constitue une mise en avant du tiers intervenant, que ce dernier soit client, partenaire ou autre. Ainsi, c’est l’occasion de renforcer une collaboration, un lien de confiance avec l’entité qui témoigne. De plus,  en terme de communication, c’est gagnant-gagnant pour les deux entités.

Alors, inspirés ? Si c’est le cas, n’hésitez pas à nous consulter pour découvrir nos offres et nos tarifs.

 

Laurent Moussinac

réalisateur vidéo corporate toulouse

Communication vidéo : le choix du témoignage client pour Conecteo

En 2020, la société Conecteo a poursuivi le développement de sa stratégie de communication vidéo. Basé en Aquitaine, le fabricant de solutions omnicanales pour centre de contacts nous a confié la réalisation d’un témoignage client. Retour sur le tournage.

tournage communication vidéo boulanger customer care
Tournage au siège de BCC à Lille, interview de Grégory Leleu

Le témoignage au cœur de la stratégie de communication vidéo

Boulanger Customer Care est le service client de l’enseigne Boulanger. Pour développer sont omnicanalité, la plateforme avait besoin d’une solution “simple, pro et sympa” (c.f. les valeurs de Boulanger). Ainsi, en 2019 ils ont intégré la solution Kiamo qui leur permet de gérer tous les flux entrant et sortant que ce soit par voix, email ou encore chat.

Pour Conecteo, le témoignage client est un élément central de la stratégie de communication vidéo. Aussi, un an après intégration, le groupe a souhaité recueillir les impressions de son client. D’une part celles de l’équipe de supervision. D’autre part, celles des agents au contact direct de la solution.

Vous aimerez lire aussi : Du témoignage client à la stratégie de contenu

Un tournage reprenant les codes du reportage vidéo

Pour le choix du format, c’est le reportage vidéo qui été retenu. Ce style audiovisuel offre une place de choix à la parole tout permettant d’illustrer les propos.

Lors du tournage, nous avons réalisé trois interviews filmées dans trois départements différents. De plus, nous avons mis en scène certains échanges entre collègues, ou bien entre agents et superviseurs. Enfin, nous avons filmé des scènes extérieures de contextualisation, à savoir des images du bâtiment et de la ville.

Le montage final se veut dynamique et didactique. En effet, pour Conecteo il s’agit d’offrir à de futurs clients la possibilité de comprendre comment s’est fait le déploiement de la solution dans d’autres structures. Et puisque la cible est pro, le choix a été fait de sous-titrer la vidéo pour permettre une lecture sans son dans un environnement business.

Laurent Moussinac

réalisateur vidéo corporate toulouse

Tournage vidéo : le numérique est-il réservé aux hommes ?

L’association Science Animation nous a sollicité pour réaliser deux portrait vidéo sur le thème du numérique. Alexia Audevart et Lily-Alice Ward nous parlent de leur métier. Retour sur le tournage vidéo de ce film.

tournage vidéo toulouse occitanie
Tournage vidéo : interview de deux professionnelles du numérique.

La vidéo au service de la pédagogie et de la science

L’association Science Animation, basée en Occitanie, travaille à la vulgarisation de la science pour un accès au plus grand nombre. Entre autres, ses missions consistent à créer des modules prêt à l’emploi pour l’enseignement de la science auprès des jeunes publics. C’est dans ce cadre que l’association a fait le choix de la vidéo comme support pédagogique.
En effet, pour agrémenter un module sur le numérique, elle a souhaité donner la parole à deux professionnelles du digital. Objectif : prouver aux jeunes que le numérique n’est absolument pas réservé aux hommes.

Le format retenu pour ce film a été celui de l’interview. Retour sur le tournage vidéo.

Vous aimerez peut-être lire : Occitanie : des portraits de médecins installés dans les territoires

Un tournage vidéo en mode “face caméra”

Pour notre client, il était essentiel que la vidéo soit dynamique mais également franche. D’une part, il s’agissait de ne pas perdre le spectateur avec une interview longue et monotone. D’autre part, il était pertinent que les intervenantes s’adressent directement à la caméra pour plus d’intimité et donc de sincérité.

Finalement, nous avons opté pour un témoignage alterné des deux professionnelles. Par conséquent, le tournage vidéo s’est concentré d’abord sur une puis sur l’autre des intervenantes. Ainsi, une première caméra filmait fixement le visage de l’intéressée. Puis l’autre, installée sur un rail motorisé, captait la scène de plus loin.

Enfin, le tournage terminé, nous sommes passés au montage. Puisqu’il s’agissait de garantir la dynamique, nous nous sommes attachés à alterner savamment les plans et à intercaler les questions. Ce format, popularisé par Konbini, est très efficace pour faire passer des messages courts et impactants.  Par exemple, cela permet de créer un contenu vidéo de plusieurs minutes sans images d’illustration (à l’inverse du reportage vidéo) sans pour autant lésiner sur le rythme.

Découvrez le résultat !

Laurent Moussinac

réalisateur vidéo corporate toulouse

Et l’audiovisuel révolutionna la communication de nos entreprises

Il y a 15 ans, qui aurait imaginé la place qu’allait prendre le média audiovisuel dans notre vie ? Qui aurait pu anticiper que Steve Chen, Chad Hurley et Jawed Karim, les trois amis qui fondèrent YouTube en 2005, allaient changer la donne ?  Retour sur une petite révolution.

“Me at the zoo” est la première vidéo publiée sur la plateforme YouTube. A l’image, Jawed Karim, loin de se douter que cette visite au zoo de San Diego aller changer à jamais l’histoire de la vidéo.

L’audiovisuel avant le web, ça ressemblait à quoi ?

Avant que YouTube, Netflix, Instagram, Twitter et TikTok ne viennent bouleverser la manière dont on échangeait et consommait des vidéos, l’audiovisuel français se concentrait essentiellement sur deux écrans : le petit et le grand. D’une part la télévision privée et publique. D’autre part le cinéma.

Pour faire simple, la télévision privée serait financée par la publicité tandis que la publique le serait par l’impôt. De son côté, le cinéma serait financé en partie par l’argent public, et en partie par les chaînes qui achètent les films. Par conséquent, pour une entreprise ou une institution, envisager une campagne publicitaire vidéo impliquait alors une diffusion télé ou bien cinéma.

Bien qu’offrant d’excellents résultats, ce type d’action publicitaire restait hors budget pour un grand nombre d’entreprises françaises. Mais ça, c’était sans compter sur la révolution numérique…

Pour la fiction et le documentaire on a vu des acteurs comme Netflix, Amazon Prime ou Disney+ venir modifier nos habitudes ; pour les vidéos web, ce sont les réseaux sociaux tels que YouTube, Twitter, Instagram ou LinkedIn qui ont créé de nouveaux modes de consommation.

Internet et les écrans, les game changers de la vidéo

Depuis les années 2010, tout s’accélère. En effet, avec le haut-débit puis la fibre, la 4G et la multiplication des écrans, la consommation de vidéos explose. Emboitant le pas à Youtube, des réseaux sociaux comme Facebook, Instagram ou encore LinkedIn deviennent des plateformes phares pour échanger et visionner des vidéos. Ces acteurs du numérique constituent autant de nouveaux canaux de diffusion et de nouveaux formats pour les annonceurs.

J’aime poser la question suivante aux entrepreneurs que j’accompagne : Consommez-vous plus de vidéo aujourd’hui que vous ne le faisiez il y a 10 ans ? La réponse est systématiquement oui.

audiovisuel audiovisuelle vidéo
La révolution touche aussi le B2B, nombreux sont les professionnels qui consomment l’information sous forme de vidéo. LinkedIn, YouTube ou Twitter sont des plateformes de choix pour ces cibles.

Côté production, la révolution est avant tout technologique. On voit débarquer sur le marché du matériel plus petit, plus performant et sensiblement moins cher. En conséquence de cela, les coûts de production baissent drastiquement. 

En définitive, on se retrouve aujourd’hui avec une consommation de vidéo plus importante, une myriade de canaux de diffusion et des coûts de production accessibles. Pour un film d’entreprise, le budget moyen est compris entre 2000 et 5000 €. A ce prix-là, la vidéo est devenu pour beaucoup d’entreprises un incontournable de leur stratégie de communication.

Et vous ? Quelle est la place de la vidéo au sein de votre stratégie de communication ?

 

réalisateur vidéo corporate toulouse
Laurent Moussinac
fondateur d’Artigas Films

Occitanie : des portraits de médecins installés dans les territoires

L’Agence Régionale de la Santé d’Occitanie nous a confié la réalisation de 6 films institutionnels. En effet, l’ARS a fait le choix de la vidéo pour mettre en lumière les témoignages de 7  médecins installés en dans les territoires de la région. Retour sur le tournage.

occitanie territoire paysages
Aperçu des territoires traversés durant le tournage, le plateau du Larzac, les Pyrénées et l’Aveyron

Un tournage 100% en Occitanie

L’ARS Occitanie souhaitait disposer de témoignages de médecins installés dans les territoires de la région. Ce projet s’inscrivait dans le cadre d’une journée d’information destinées aux étudiants intitulée #MédecinDemain. Pour ce faire, l’agence a sollicité 7 professionnels de santé installés dans 6 communes réparties sur le territoire occitan. Nous sommes donc partis sur les routes d’Occitanie pour les rencontrer et recueillir leurs témoignages en vidéo.

Notre périple nous a d’abord emmené dans le nord Aveyron, à la rencontre du Dr Gaulier, exerçant au sein de la MSP (Maison de Santé Pluriprofessionnelle) d’Argences. Ensuite nous avons traversé le plateau du Larzac pour nous rendre en Lozère. Là-bas, nous avons recueilli le témoignage du Dr Prunier, installée au sein d’une MSP à Florac. Puis nous avons continué dans le Tarn, où nous avions rendez-vous avec le Dr Raskopf qui est salarié du centre de santé Filieris à Carmaux. Notre voyage s’est poursuivi dans l’Hérault, à St-Pons-de-Thomières, puis dans les Pyrénées-Orientales à Font-Romeu. Et enfin, nous nous sommes rendus dans le Lot, où nous avons pu réaliser un reportage vidéo sur deux praticiennes installées dans le Grand Figeac.

Pour l’équipe d’Artigas Films, ce tournage a été extrêmement riche tant de par les rencontres faites que par les territoires parcourus.

> A lire :  des enfants du monde entier dans une colo française

Le choix du reportage vidéo

L’ARS nous a demandé de réaliser des témoignages vidéo sans être nécessairement arrêtés sur un format particulier. Afin de répondre au mieux à leur besoin, nous avons proposé à l’agence de compléter les interviews des praticiens par des images d’illustrations. C’est-à-dire que nous nous proposions de suivre chaque professionnel de santé pendant quelques heures afin de recueillir des images susceptibles d’illustrer ses propos. Ainsi, nous avons pu les filmer en train de réaliser des actes médicaux, des consultations, des échographies ainsi qu’en train d’échanger avec leurs pairs et le personnel médical des MSP.

Ce format, appelé reportage vidéo, reprend les codes journalistiques et permet d’avoir une perspective proche du réel. Cet aspect a su convaincre l’ARS de la pertinence du format.

Les 7 témoignages recueillis ont été publiés individuellement sur le site de l’Agence Régionale de Santé Occitanie. Mais nous avons également réalisé un montage compilant touts les reportages. Ce choix audiovisuel permet d’avoir une vue d’ensemble sur l’exercice médial en territoire rural occitan.

réalisateur vidéo corporate toulouse Laurent Moussinac

Production audiovisuelle : l’animation au service de la narration

Notre client Patrimoine SA Languedocienne nous a commandé une production audiovisuelle mêlant reportage et animation. Pour les images animées, Patrimoine a sollicité l’illustratrice toulousaine Aurélie Garnier. Retour sur le projet.

production audiovisuelle toulouse
Céline Albert et Marie Desitter sous le pinceau d’Aurélie Garnier

La production audiovisuelle rencontre l’illustration

Le bailleur social Patrimoine a souhaité réaliser deux vidéos pour présenter des projets d’habitat innovants. Bien qu’habitué à utiliser la vidéo pour communiquer sur ses projets, il devait cette fois-ci répondre à une problématique particulière : Comment mettre en avant un modèle d’habitat qui n’existe pas encore ? La réponse a été apportée par l’illustratrice Aurélie Garnier. En effet, cette dernière a su proposer, à travers l’illustration, un univers graphique. Et c’est grâce à ces projections d’artistes que le bailleur toulousain a pu présenter ses projets Co’Coon et Les CoHabitants.

La méthodologie souhaitée par le client peut se résumer en trois étapes. Premièrement, nous avons réalisé une série d’interviews vidéo des chargées de projet. Deuxièmement, Aurélie Garnier a créé des portraits animés à partir des interviews ainsi que des illustrations animées mettant en scène des résidents. Enfin, nous avons assemblé les pièces du puzzle lors du montage, associant  la bande son des interviews et les créations graphiques.

habitats partagés Patrimoine production audiovisuelle
Illustrations des projets Co’Coon et Les CoHabitants par Aurélie Garnier

Découvrez cette production audiovisuelle présentant deux projets innovant d’habitat social :

Laurent Moussinac

réalisateur vidéo corporate toulouse

Video content : contenu par excellence ou effet de mode ?

Le video content, ou contenu vidéo en français, serait-il le contenu web par excellence ? Ou bien est-ce un simple effet de mode ? Décryptage.

une couronne pour le content video
Le contenu est roi, mais la vidéo est-elle la reine des contenus ?

Le “contenu” c’est quoi ?

Ce mot est sur les lèvres de tous les communicants. Du “contenu” par-ci, une “stratégie de contenu” par là, ou encore “il nous faut booster notre production de contenus”. Bill Gate le prédisait déjà en 1996 “Content is king”, le contenu est roi.
Ok, mais le contenu au juste qu’est-ce que c’est ?

On peut imaginer le contenu comme le fruit d’une production éditoriale. C’est un élément qui fait l’objet d’une écriture, d’une réflexion qui s’inscrit dans une stratégie globale. Et il peut prendre plusieurs formes. Par exemple, il peut s’agir de texte, d’images ou encore de vidéos. Par ailleurs, le “content” doit avoir un objectif. Entre autres, il peut viser à augmenter la notoriété d’une marque, accroître le nombre d’entrées sur un site web, générer du traffic, du lead, des backlinks, améliorer le référencement… Bref, la création d’un contenu doit engranger un ROI clair. Action, réaction.

L’analogie avec la pensée éditoriale permet de comprendre plus facilement l’idée de contenu. En effet, à l’ère digitale, une marque doit se comporter comme un média le ferait avec ses son public : offrir de l’information ! Et oui, visiteurs, followers, abonnés… nous sommes tous devenus des consommateurs d’information au quotidien.  L’idée de communauté en attente de nouvelles est plus que jamais réelle. Bien plus qu’elle ne l’était en 96 lors de la fameuse phrase du patron de Microsoft.

Pourquoi le video content a la côte ?

Miniaturisation, amélioration de la technique, baisse des coûts… la production audiovisuelle n’a jamais été aussi accessible pour les entreprises. Aujourd’hui, une PME peut s’offrir des produits vidéo très aboutis pour un budget plus que raisonnable et peut même créer de petits contenus “homemade” avec un simple téléphone portable. Mais pour autant, est-ce un contenu de choix ?

S’il y a clairement un effet mode, qui va de pair avec l’augmentation forte et récente de la consommation de vidéo via internet par les clients, cela ne semble pas être une tendance éphémère.

De fait, depuis l’invention du cinéma jusqu’à l’implémentation de la 5G, l’histoire de l’information a offert une place chaque fois plus importante au média audiovisuel. Et si la vidéo est un allié prépondérant de l’information c’est parce qu’une image vaut mille mots et qu’une vidéo c’est 24 images par secondes… Avec le du son en prime !

Une information, concernant sa marque, présentée de manière attractive, et des centaines voire des milliers de destinataires. Le calcul est bon.  Et Google le sait, et Google aime ça.  Voilà pourquoi les stratégies de SEO sont friandes des contenus vidéo. On peut donc légitimement se poser la question suivante : Si le contenu est roi, la vidéo est-elle la reine des contenus ? Chez Artigas, on penche plutôt pour un oui !

Laurent Moussinac

réalisateur vidéo corporate toulouse

> A LIRE : Prestation vidéo : la communication visuelle pour un ostéopathe

Communication : Pourquoi faire le choix de l’interview vidéo ?

Dans le cadre de sa stratégie de communication, notre client Robotics Place nous a commandé une série de portraits vidéos pour présenter ses membres. Le choix de l’interview vidéo courte a été retenue. Découvrez le témoignage de Luc Truntzler, directeur d’Inbenta France.

L’intelligence artificielle et le langage

“Je suis Luc Truntzler, je suis directeur d’Inbenta France. C’est une société spécialisée dans une discipline de l’intelligence artificielle, qui est le traitement automatique du langage. Il s’agit de cette capacité pour la machine de comprendre et de traiter le son des phrases, le langage humain. On est une PME d’une trentaine de personnes, basée à Montauban.

Notre métier chez Inbenta, à travers cette discipline de l’IA qu’est le traitement automatique du langage, c’est de développer des bots. C’est à dire, des solutions qui vont avoir pour objectif de répondre automatiquement et immédiatement aux questions des utilisateurs. Et cela, quelque soit les canaux. Ça peut être sur le téléphone, on va parler de call bots. Ou bien, sur les mails, on va parler de mail bots. Aussi sur internet, on va parler de chatbot. Ou encore, sur sms, smsbot. On peut imaginer botiser n’importe quel type de canal.

Qu’est-ce que Robotics Place pour Inbenta ? C’est l’opportunité de pouvoir botiser encore d’autres canaux. Notamment, les robots, les humanoïdes. On est rentrés dans le cluster Robotics Places pour essayer de rencontrer des partenaires sur la partie hardware, robotique. Et ce afin de pouvoir doter des humanoïdes, des robots de service, de la technologie Inbenta pour que ce dernier puisse avoir des conversations en langage naturel avec des humains.”

communication vidéo interview
On peut voir l’interview vidéo comme pitch devant un public

L’interview vidéo au service de la communication

A l’ère  du tout vidéo, l’interview représente un élément clef indispensable à toute stratégie de communication.

En effet, ce format court, facile à mettre en oeuvre présente plusieurs avantages. Premièrement, il est simple et peu onéreux à réaliser. Deuxièmement, à la différence d’un texte, il offre la possibilité de mettre un visage sur l’intervenant. Enfin, troisièmement, il permet de faire passer de nombreuses informations en un temps record.

En plus des informations factuelles qui sont communiquées plus rapidement par la voix que par le texte, l’interview nous permet de travailler la communication non-verbale. A la différence de l’écrit, ici on peut voir le visage et le corps de l’interlocuteur.

Sa gestuelle, son regard, ses expressions faciales sont autant de leviers de communication. Ce n’est ni plus ni moins qu’un face à face, un moment privilégié où vous pouvez vous adresser à votre audience comme vous le feriez lors d’une présentation. 600 vues, c’est une salle de 600 personnes. Autant vous dire que la valeur ajoutée est considérable. 

Laurent Moussinac

réalisateur vidéo corporate toulouse

> A LIRE : Industrie électronique : découvrez SEMO