Côté Toulouse : son numéro 100 en vidéo

Pour fêter son numéro 100, l’hebdomadaire gratuit toulousain Côté Toulouse a ouvert les portes de sa rédaction à ses lecteurs à travers une vidéo. C’est à Artigas Films qu’est revenu le privilège de venir filmer le journal en action.

logo de Côté Toulouse journal hebdomadaire Toulousain

Côté Toulouse : une équipe de choc pour un journal chic

Découvrez sans plus attendre les coulisses du journal grâce à la vidéo que nous avons réalisé :

Pour sa communication audiovisuelle, Côté Toulouse nous a demandé mettre à l’honneur chaque département du journal. Nous avons décidé de présenter les deux rédactions (print et web), la réunion de rédaction, une interview de journaliste, la régie publicitaire et la distribution par les colporteurs aux bouches de métro.

Photo portrait de laurent moussinac, auteur, réalisateur, producteur audiovisuel et vidéo à Toulouse. Laurent Moussinac

 

LIRE AUSSI : Production audiovisuelle : Toulouse fait son cinéma

Production audiovisuelle : quand Toulouse fait son cinéma

La Ville rose a servi de décor à plus d’une production audiovisuelle au cours des dernières décennies. Retour sur le tournage de trois films réalisés à Toulouse entre 2006 et  2015.

Production audiovisuelle à Toulouse illustrée par une photo de la ville

LE GANG DES ANTILLAIS de Jean-Claude Barny – 2015

C’est à Toulouse que le réalisateur de « Nèg Maron » a choisi de tourner en 2015 son quatrième long-métrage « Le Gang des Antillais » adapté de l’autobiographie de Loïc Léry. Cette production audiovisuelle nous raconte l’histoire de Jimmy, Antillais fraîchement débarqué à Paris à la fin des années 1970. Jimmy fait parti des déçus de la génération « Bumidom », ceux-là encouragés à rejoindre la métropole par le « Bureau pour le développement des migrations dans les départements d’Outre-Mer » créé par Michel Debré. Désabusé, il participe à une série de braquages menés par « La Gang des Antillais ».

Si Toulouse a été retenue, c’est pour sa plausible ressemblance avec la banlieue parisienne des années 1970. L’histoire s’affranchie du lieu et la Ville rose se prête au jeu sans moucher.

Parmi les lieux de tournages nous retiendrons le bureau de Poste du Bazacle, une laverie près de la place Belfort, un intérieur d’appartement dans le quartier Victor Hugo, la rue Laganne à Saint-Cyprien, ou encore quelques scènes près de l’Hôpital de La Grave.

Découvrez la bande-annonce du Gang des Antillais

LES DERNIERS JOURS DU MONDE des frères Larrieu – 2008

En 2008, Arnaud et Jean-Marie Larrieu investissent Toulouse pour cette grosse production audiovisuelle réunissant à l’écran Mathieu Amalric, Catherine Frot, Karin Viard et Sergi López.

L’histoire est simple : c’est la fin du monde et Toulouse est devenue la Capitale de la France suite à la destruction de Paris. Cela n’empêche pas Robinson Laborde, interprété par Mathieu Amalric, de poursuivre sa quête amoureuse qui l’emmène sur les routes de France et d’Espagne.

Si le film fait escale à Toulouse, c’est loin d’être l’unique lieu de tournage de cette production : Biarritz, Pampelune, Taïwan, le Lot, Paris pour ne citer qu’eux.

Les Toulousains auront reconnu la Prairie des Filtres, reconvertie en campement militaire, la place du Capitole, théâtre de l’explosion d’un bus, ou encore l’hôtel de l’Opéra, où s’est replié le gouvernement.

Voir la bande annonce des Derniers jours du monde

3 AMIS de Michel Boujenah – 2006

En 2006 Michel Boujenah tourne son deuxième long-métrage avec pour seul et unique décor Toulouse et sa brique rouge. Tombé amoureux de la ville vingt ans auparavant, c’est ici que le réalisateur a décidé de réunir Mathilde Seigner, Pascal Elbé et Kad Mérad. Comme son nom prête à y penser, le film nous parle d’amitié. Trois amis d’enfance, des souvenirs, des tranches de vie et une question : qu’est-ce qu’un ami ?

La place Salengro tient une place primordiale dans le film, c’est entre autre ici que la mère adoptive de Mathilde Seigner tient un salon de thé. C’est également ici qu’elle y rencontre le personnage interprété par Yves Reigner, guide conférencier juché sur la marchette de la fontaine.

La production audiovisuelle de Boujenah nous fait également découvrir la Cour Henri IV du Capitole, la place Saint-Etienne, la Garonnette et les berges de la Garonne, le Canal du Midi, et le Musée des Augustin. Des scènes d’intérieur sont tournées dans des appartements situées à l’angle de la rue de l’Esquile et de la rue du Taur.

Visionnez la bande-annonce de 3 Amis

Photo portrait de laurent moussinac, auteur, réalisateur, producteur audiovisuel et vidéo à Toulouse. LAURENT MOUSSINAC
A LIRE AUSSI

Comment la vidéo révolutionne la communication des entreprises ?

 

La vidéo révolutionne la communication des entreprises

En 2017, le visionnage de vidéo sur internet n’a jamais été aussi important allant jusqu’à représenter 74% du trafic en volume. Retour sur une petite révolution du média audiovisuel.

Image de bureaux dentreprise, photographie de face, prise de vue en contre plongée.
Les chiffres de la vidéo donnent le vertige…

Une mutation des modes de consommation de l’image

Voici une tendance qui n’aura échappé à personne : l’évolution des habitudes de consommation de l’image. Les propriétaires de smartphones, tablettes ou ordinateurs passent chaque fois plus de temps devant leurs écrans. En 2015, plus de 75% des français se connectaient à internet tous les jours, ce qui en fait un média de choix pour l’information et bien sûr la vidéo.

Un simple tour d’horizon des internets permet de démarquer deux plateformes principales pour le visionnage : Youtube et Facebook. Chaque jour, Youtube cumulerait plus de 4 millions de visites uniques d’internautes en France, dont la moitié sur mobile. Facebook annonce quand à lui plus de 4 milliards de vidéos visionnées quotidiennement avec une durée moyenne de visionnage de 18,2 secs. Au total, ce serait plus de 29 minutes par jour que les français passeraient à regarder du contenu audiovisuel sur internet.

La vidéo rendue accessible à tous

 

La télévision et le cinéma ont longtemps figurés comme uniques canaux de diffusion de tout contenu audiovisuel. Les coûts de diffusion, souvent prohibitifs, ont dissuadé la plupart des entreprises et des institutions de passer par la vidéo pour communiquer. Avec internet, c’est non seulement une révolution de la consommation mais également de la production qui est en marche. Grâce aux réseaux sociaux, la diffusion de contenus audiovisuels par une PME ou une TPE est aujourd’hui accessible. Publicités, reportages d’entreprise, tutoriels, interview, films corporate… on assiste à une réelle redistribution des cartes.

A la baisse des coûts de diffusion s’ajoute une autre donnée importante : la baisse des coûts de production. En effet, l’une des résultantes des avancées technologiques dans le domaine du numérique est la diminution du prix du matériel audiovisuel avec pour conséquence directe la baisse des coûts de réalisation d’une vidéo.  Les tarifs de la communication vidéo rentrent aujourd’hui en concurrence avec ceux des campagnes publicitaires dans la presse ou encore l’affichage.

« 53% de chances en plus de voir votre page s’afficher en tête des résultats de recherche »
Pellicule de cinéma et touche play pour illustrer la production vidéo comme outil de communication des entreprise.
La vidéo au cœur de la révolution numérique dans la communication des entreprises

 

La vidéo : une stratégie de communication qui paye

 

Les internautes aiment la vidéo et internet le leur rend bien. Les moteurs de recherche et les réseaux sociaux  feront tout pour mettre en avant votre contenu audiovisuel. Par exemple, avec une vidéo, vous avez 53% de chances en plus de voir votre page s’afficher en tête des résultats de recherche par rapport  à une page classique. De son côté, Facebook se positionne également dans une démarche d’encouragement de la vidéo en favorisant la visibilité des publications qui en contiennent.

Au-delà de la captation de nouveaux clients, la vidéo et un excellent outil de confirmation et fidélisation. On estime que les sites internet qui en contiennent gardent leurs visiteurs sur leur page 2 minutes de plus et accroissent de 64% les probabilités d’achat. L’outil audiovisuel vous permet d’envoyer un message rassurant au visiteur déjà capté par votre page : voici qui je suis, ce que je fais et comment je le fais. Grâce à ce média, vous pouvez synthétiser votre message, mettre un visage sur votre marque, et présenter votre manière de travailler tout en communiquant sur vos valeurs.

Au cas où vous hésiteriez encore à sauter le pas, une étude révèle que 70% des consommateurs estiment qu’un entreprise que publie des vidéos est plus proche de ses clients.

 Laurent MoussinAC

 

Découvrez par exemple le reportage d’entreprise qu’Artigas Films a réalisé pour VSF Camps près de Toulouse :

A lire aussi :

ARTICLE : Comment réaliser une interview au poil.

 

Montage vidéo : carnet de bord d’un monteur

Le montage vidéo, appelé editing en anglais, est ce qu’on considère souvent comme la troisième écriture d’un film ou d’une vidéo. Je vous raconte ici comment s’est déroulé le montage du clip de prévention « Qui va payer l’audition ? ».

Le clip « Qui va payer l’audition ? » est un projet porté par Thomas Peraire, professeur au Centre de Formation des Métiers d’Agen et réalisé par Rémi Dupouy, auteur de documentaires animaliers. La réalisation de ce film à mis à contribution tous les élèves d’une classe du CAP peinture et carrosserie.  Leur but ? Participer au concours organisé par l’INRS sur la thématique du risque au travail et dans le milieu de l’apprentissage professionnel. Le montage vidéo s’est déroulé en trois étapes.

Préparer le terrain avant le tournage

Lorsque Rémi m’a sollicité pour réaliser le travail de post-production de cette vidéo, nous avons échangé par téléphone à plusieurs reprises pour clarifier les intentions, les détails techniques, décider d’un agenda et d’un mode opératoire. Cette étape est essentielle car elle permet au réalisateur et au monteur d’harmoniser leurs méthodes de travail.

Pour ma part, cela m’a permis d’en savoir davantage sur le style de rendu que Rémi attendait. En l’occurrence, il recherchait quelque chose de « clipé », avec un rythme assez soutenu et des alternances entre lent et rapide. A la suite de nos échanges, Rémi m’a fourni un découpage technique, première écriture de son histoire. Ce document spécifie les effet visuels et sonores voulus. Il m’a entre autre permis de constituer à l’avance une sonothèque avec des bruits susceptibles d’être utilisés pour le mixage son.

Extrait du montage vidéo institutionnelle sur les risques liés au bruit.
Lucas travaille sans casque et s’expose au bruit. Extrait de « Qui va payer l’audition ? ».

Visionnage des rushs et directions de montage

Une fois le tournage réalisé, Rémi et Thomas sont venus m’apporter les rushs à Toulouse. Nous avons passé trois heures ensemble à visionner une à une toutes les prises réalisées afin de choisir ensemble les meilleures. Thomas a parlé de pédagogie, Rémi d’esthétique, les deux m’ont de nouveaux livré leur vision et leurs attentes vis-à-vis du projet. Notre réunion nous a également permis de choisir les musiques qui seraient intégrées au clip.

Par ailleurs, Rémi m’a briefé sur les quelques modifications de scénario qui ont eu lieu lors du tournage. Je vous parlais de 3e écriture un peu plus tôt. En effet, on considère généralement l’écriture du scénario comme la 1ère écriture, le tournage comme la 2e et le montage vidéo comme la 3e. Entre ce qu’on écrit et ce qu’on filme, il y a souvent des changements.

Ici le tournage et le montage vidéo n’étant pas assurés par la même personne, il s’agissait de passer le relais. Il est nécessaire que le monteur et le réalisateur soient sur la même longueur d’onde pour garantir la cohérence du projet.

Impression écran de la ligne de temps de montage vidéo du clip réalisé à Toulouse.
Timeline de montage du clip « Qui va payer l’audition ? »

Montage vidéo cadencé et livraison du projet

Pour ce projet, nous avions une date limite : celle de la clôture des participations au concours. Le timing était serré et je n’avais que 35h pour monter et livrer le film, ce qui rendait encore plus indispensable le travail préparatoire.

Une fois que Rémi et Thomas sont partis, je me suis mis au travail. Le dérushage m’ayant permis de classer toutes les bonnes prises dans l’ordre, j’ai vite pu présenter « un ours » (montage brut) aux commanditaires.

Le challenge principal de ce clip a résidé dans le rythme. Le film ne devait pas faire plus de 2 minutes et ce n’est en montant que j’ai réalisé la quantité de plans tournés ! Il a parfois fallu couper, et réduire la durée de certains plan au minimum. Au final l’effet « clipé » ne s’en est porté de mieux. L’autre défi a été le son. En effet, il s’agissait de réaliser un design sonore oppressant et qui allait crescendo jusqu’à la rupture finale. Là où le couperet tombe. L’acouphène, le silence, le battement de cœur, puis la porte qui se referme sur notre protagoniste.

J’ai au total fait 3 versions du clip. A chaque fois, je faisais parvenir la nouvelle version à Rémi et Thomas pour recueillir leurs feedback. La précision des retours faits par Rémi a été cruciale. Un commanditaire qui sait ce qu’il veut : que rêver de plus ?

Une fois le clip terminé, j’ai envoyé la vidéo à l’INRS. Juste à temps pour qu’elle soit en lisse pour le concours annuel. Quelle sera la vidéo que les élèves présenteront l’année prochaine ? Mystère ! En attendant, le message est passé : protégez vos oreilles !

Photo portrait de laurent moussinac, auteur, réalisateur, producteur audiovisuel et vidéo à Toulouse. Laurent Moussinac

A LIRE AUSSI :

Comment la vidéo révolutionne la communication des entreprises ?

L’interview : ingrédient indispensable au succès de votre film d’entreprise ?

L’interview est un élément clef de votre vidéo d’entreprise. Elle met un visage sur votre marque, elle humanise votre service ou votre produit. Artigas Films vous dit comment réussir vos films corporate en y intégrant des entretiens.

Laurent Moussinac derrière la caméra, tournage, interview.
Derrière la caméra, photo de Julien Bedos.

L’interview : crédibiliser et rassurer votre audience

Vous avez un message à faire passer à votre audience et avez choisi la vidéo comme média ? Très bon choix. Une question se pose alors : faut-il ou non inclure de l’interview dans votre film ?

L’entretien dans un film d’entreprise se différencie sensiblement de l’entretien journalistique. Il s’agit davantage de recueillir un témoignage que d’enquêter sur des faits. Pour le spectateur c’est l’occasion de mettre un visage sur votre message. Pour vous, c’est un engagement moral fort, une affirmation de votre valeur ajoutée.

Qui mieux que vos clients pour convaincre vos prospects ? Que vos employés pour faire rêver les candidats ? Ou encore que vos investisseurs pour rassurer de nouveaux partenaires ?

Les bénéfices de l’interview sont multiples. Tantôt pédagogique, tantôt vectrice de confiance, tantôt charismatique, elle place l’humain au centre du message.

Essentielle à votre communication, l’interview devra s’intégrer à votre stratégie de communication vidéo. Sera-t-elle partie prenante de votre film ? Constituera-t-elle un média à part entière sur votre site internet ? Vous devrez répondre à ces questions avant de vous lancer dans la réalisation.

« A travers elle, vous envoyez de nombreux messages sur vos valeurs, votre éthique, votre capital sympathie… »

Les secrets d’une interview réussie

Préalablement à l’entretien, le client et le réalisateur doivent déterminer quels seront les objectifs. Quel message, quelle cible, quelle intention et quel ton.

Au moment de l’interview, la première règle est la mise en confiance. L’intervieweur et l’interviewé doivent être à l’aise. Pour cela on peut discuter en off avant le tournage, on peut aussi prévoir des questions légères en début d’entretien. Cette mise en condition est nécessaire pour que la parole soit libre et sincère.

Alternant questions ouvertes et fermés, l’intervieweur dirige l’entretien de manière à emmener le sujet sur tous les thèmes présentant un intérêt.  Le « QQOQCP » est une technique répandue pour faire le tour d’un thème : quoi, qui, où, quand, comment et pourquoi ? Les réponses à ces questions constituent le cœur de l’entretien.

En résumé :
• l’interview rassure, crédite et humanise
• s’intègre de différentes manière à votre stratégie vidéo
• répond à des objectifs précis à définir au préalable
• elle est fluide et sincère grâce des mécanismes maîtrisés

 

Photo portrait de laurent moussinac, auteur, réalisateur, producteur audiovisuel et vidéo à Toulouse. Laurent Moussinac

 

Découvrez un exemple concret d’intégration d’entretiens clients et employés à une vidéo d’entreprise avec ce film sur les enfants de VSF Camps.

A LIRE AUSSI :

Comment réaliser son film d’entreprise en 5 étapes ?

Film d’entreprise : réalisez le vôtre en 5 étapes avec Artigas Films

Avant de faire réaliser votre film d’entreprise, il est important voire essentiel de comprendre les phases qui constituent la réalisation du projet. Découvrez en 5 étapes le processus de production de votre film.

Equipe technique installe matériel de prise de vue pour captation d'un film d'entreprise

Étape 1 : Le projet

Avant de vous lancer dans la réalisation d’un film pour votre entreprise, il est important de se poser quelques questions afin de définir vos objectif et de pouvoir choisir le format vidéo adapté à vos besoins.

Pourquoi ? Vous devez déterminer le but de votre vidéo. Il peut d’agir de promouvoir un produit, une marque, annoncer un événement, communiquer sur les valeurs de l’entreprise, montrer l’utilisation d’un produit…

Pour qui ? Savoir quelle est la cible de cette vidéo vous aidera à déterminer le ton, le registre de langue, ainsi que les canaux de diffusions adéquats.

Comment ? Il est primordial de savoir comment vous allez diffuser votre message en vidéo : réseaux sociaux, chaînes vidéo, page internet, cinéma, télévision…

Combien ? Il faut bien sûr que le budget de votre projet soit cohérent avec tous les autres points. Réaliser une vidéo et la diffuser peut constituer un coût élevé, parfois mal estimé par manque d’expérience. Demandez un devis à votre professionnel pour une meilleure estimation des coûts.

Quand ? Un tournage va vous demander du temps. Vous allez vous réunir plusieurs fois avec le réalisateur pour écrire votre film et préparer le tournage. C’est un temps que vous devez être prêt à prendre. Le tournage en soit peut aussi vous demander, à vous et à vos collaborateurs/trices, un important investissement en matière de temps.

Votre projet est prêt quand vous avez répondu à ces 5 questions.

Étape 2 : L’Écriture de votre film d’entreprise

L’écriture d’un scénario est une étape indispensable à la réussite de votre film. Elle peut être plus ou moins importante selon le type de vidéo que vous visez. Par exemple, un reportage événementiel suivra souvent une narration linéaire, assez simple à préparer, en revanche, un spot promotionnel demandera une écriture poussée.

Le réalisateur de votre film vous drivera dans ce processus en vous posant mille et une questions sur ce que vous souhaitez montrer à l’image. Il vous soumettra ensuite des propositions que vous pourrez retravailler ensemble.

Étape 3 : La Pré-production

Avant de tourner votre film d’entreprise, il faut préparer le tournage. Il s’agit alors d’organiser et d’anticiper tous les besoins nécessaires au bon déroulement de ce dernier.
Composer une équipe de tournage, choisir les intervenants ou acteurs de votre film, décider des lieux et dates de tournage, prévoir le matériel, les accessoires, les produits qui apparaissent dans le film… bref : verrouiller la check list pour que tout soit en place le jour du tournage.

 Étape 4 : Le Tournage

De la réussite des 3 étapes précédentes dépend la réussite du tournage de votre film d’entreprise !
C’est le moment décisif où les idées prennent forme. Timing, technique et talent seront les clefs d’un tournage bien mené.

Étape 5 : La Post-production

Montage vidéo, mixage son, étalonnage… Après le scénario et le tournage, on a coutume de dire que le montage constitue la troisième écriture d’un film. C’est cette étape qui va donner sa forme définitive à votre film d’entreprise. En règle générale, le montage donne lieu à une première version du film qui peut faire l’objet de modifications de la part du client.

Une fois ces 5 étapes réalisées, votre film d’entreprise est prêt !

Photo portrait de laurent moussinac, auteur, réalisateur, producteur audiovisuel et vidéo à Toulouse. Laurent Moussinac
A LIRE AUSSI :

Les coulisses du tournage d’un court-métrage.

La vidéo d’entreprise au service de votre communication

Nous vivons une époque formidable : celle de l’image par tous et pour tous. Grâce à internet et aux réseaux sociaux, vous modelez et partagez les images qui font votre société, en ciblant au plus près votre audience. Réalisez vos vidéos d’entreprise et communiquez sur vos produits, vos valeurs, vos nouveautés, vos événements, vos succès ou vos projets de demain.

La vidéo représentera 75% du trafic Internet en 2017

Communiquer à travers la vidéo c’est :

♦ Travailler votre relation client

♦ Fidéliser la communauté qui vous suit

♦ Appuyer le référencement naturel de votre site internet

♦ Augmenter le trafic sur votre site en multipliant les portes d’entrées

La vidéo vous offre un support complet, dynamique et didactique pour vous adresser au public de votre choix.

Mille et une raisons de réaliser un film d’entreprise

♦ Communiquer sur les valeurs de votre société

♦ Mettre en avant un produit

♦ Rassurer vos partenaires, investisseurs, clients

♦ Susciter l’intérêt pour votre marque

♦ Créer un contenu multimédia riche pour votre site

Pour répondre à ces objectifs, il existe différents formats de vidéo à découvrir dans notre rubrique : nos prestations vidéo

 

Situés à Toulouse, nous intervenons en région Occitanie et en France entière si votre projet le nécessite.